Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Site communautaire 
privé de @fredbascunana :-)
Eu égard aux événements inquiétants de dimanche dernier (échaufourées près de la synagogue de rue de la Roquette), j'ai improvisé ce talk avec Fabrice Epelboin (prof Sciences Po et spécialiste des médias numériques) et Olivier ITEANU (avocat spécialiste de droit numérique entre autres disciplines) pour parler librement et sans pression de la part de qui que ce soit, de ce qu'il nous semble à nous autres pros des médias sociaux important de retenir. Le fond de ma démarche est en l'occurrence lié à ce que j'estime notre devoir de pédagogie et de responsabilité quand nous assistons à des dérapages qui, comme Fabrice le rappelle, peuvent avoir de lourdes conséquences : les dernières révolutions ont commencé sur le web tout de même. En France point d' "importation des conflits", certes... Mais un déni assez effroyable de la part de beaucoup de twittos sur la réalité des faits qu'ils ont parfois fort benoitement avalisés par leur RT, leurs commentaires même. Et plus grave : au plus haut de sommet de l'État, même empressement, et aucune compréhension des risques de manipulation de l'opinion via les médias sociaux. Enfin, je me pose très sincèrement la question (apparemment dangereuse surtout si j'y répond mal me dit-on) : faut-il encourager le débat sur un média alternatif notamment comme le nôtre - en invitant les représentants des communautés, les politiues concernés, pour palier le manque de relai des médias maintream ? Update du 17 juillet au soir : Nos pires craintes exprimées sur ce plateau TV ont été confirmées par les découvertes de Al-kantz.org, prouvant que nous sommes dans la plus ubuesque et la plus dangereuse forme d'infowar :   LDJGate : « on instrumentalise et on se fait passer pour les victimes comme avec la synagogue » http://www.al-kanz.org/2014/07/16/ldjgate/ là aussi il nous reste à vérifier qui manipule qui, identifier les protagonistes. nous avons invité Al-kantz en plateau. Nous attendons confirmation. et l'autre article clé :  Encore une précieuse mise à jour :  http://www.al-kanz.org/2014/07/18/guerilla-synagogue/ (cf. mon commentaire à. ce propos ci-dessous)    
Webcast
notes
Intervenants (3)
AUDIENCE
 
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :

Eu égard aux événements inquiétants de dimanche dernier (échaufourées près de la synagogue de rue de la Roquette), j'ai improvisé ce talk avec Fabrice Epelboin (prof Sciences Po et spécialiste des médias numériques) et Olivier ITEANU (avocat spécialiste de droit numérique entre autres disciplines) pour parler librement et sans pression de la part de qui que ce soit, de ce qu'il nous semble à nous autres pros des médias sociaux important de retenir.

Le fond de ma démarche est en l'occurrence lié à ce que j'estime notre devoir de pédagogie et de responsabilité quand nous assistons à des dérapages qui, comme Fabrice le rappelle, peuvent avoir de lourdes conséquences : les dernières révolutions ont commencé sur le web tout de même.

En France point d' "importation des conflits", certes... Mais un déni assez effroyable de la part de beaucoup de twittos sur la réalité des faits qu'ils ont parfois fort benoitement avalisés par leur RT, leurs commentaires même. Et plus grave : au plus haut de sommet de l'État, même empressement, et aucune compréhension des risques de manipulation de l'opinion via les médias sociaux.

Enfin, je me pose très sincèrement la question (apparemment dangereuse surtout si j'y répond mal me dit-on) : faut-il encourager le débat sur un média alternatif notamment comme le nôtre - en invitant les représentants des communautés, les politiues concernés, pour palier le manque de relai des médias maintream ?


Update du 17 juillet au soir :

Nos pires craintes exprimées sur ce plateau TV ont été confirmées par les découvertes de Al-kantz.org, prouvant que nous sommes dans la plus ubuesque et la plus dangereuse forme d'infowar :

 

LDJGate : « on instrumentalise et on se fait passer pour les victimes comme avec la synagogue »

http://www.al-kanz.org/2014/07/16/ldjgate/

là aussi il nous reste à vérifier qui manipule qui, identifier les protagonistes.

nous avons invité Al-kantz en plateau. Nous attendons confirmation.

et l'autre article clé : 

Encore une précieuse mise à jour : 
http://www.al-kanz.org/2014/07/18/guerilla-synagogue/

(cf. mon commentaire à. ce propos ci-dessous)

 

 



Sujets potentiellement connexes :
  • Et toc, voici mon feedback :
    Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




    Infos diverses
    Lieu : Dans les studios de Webcastory
    Commentaire de Fabrice Epelboin : CETTE EMISSION A ETE TOURNÉE AVANT QUE LES ÉVÈNEMENTS DE LA RUE DE LA ROQUETTE DEVIENNENT CLAIRShttp://www.al-kanz.org/2014/07/16/ldjgate/ Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Encore une précieuse mise à jour : http://www.al-kanz.org/2014/07/18/guerilla-synagogue/Il me semble difficile de contester la pertinence du travail de documentation de al-kantz.org, qui jette un nouvel éclairage (potentiellement apaisant je l'espère) sur cette affaire tout en confirmant notre vision sur quatre points :1) la très caractéristique dangerosité des informations teintées d'une fallacieuse impression d'authenticité quand elles émanent, à chaud, des médias sociaux,2) le déni surprenant de celles et ceux qui ont partagées les vidéos incriminées (je parle de celles analysées par al-kantz et notamment poussées avec un sensationnalisme irréfléchi par JB SOUFRON), qui comme je le déplore lourdement sur mon talk TV n'y ont vu et reconnu que ce qu'ils voulaient y voir, cédant à une forme d'excitation anale qu'il faudrait faire psychanalyser ;3) la spectaculaire incurie - et l'involontaire, ubuesque et grostesque complicité du gouvernement ; 4) l'utilité de notre travail de pros du secteur pour faire un peu de pédagogie autour de ces phénomènes : vous êtes pas loin de 40.000 à nous follower ou avoir des profils sur techtoc.tv : nous vous prions humblement de bien vouloir nous aider à diffuser la bonne parole apaisante et éclairante pour que les esprits ne s'enflamment plus aussi vite : je ne sais si nous pourrions contribuer à faire éviter le pire (je pèse mes mots : il nous pend au nez), mais du moins est-ce notre responsabilité que de twitter parfois un peu moins sur les dernières trouvailles de Google, et un peu plus pour réexpliquer les fondamentaux de l'usage des médias sociaux à ceux qui peuvent encore être les victimes de leurs prismes déformants. Commentaire de Boris Perchat : (comme premier élément de réponse je dirais)tu te demandes Frédéric si en somme le web et plus globalement le net sont des espaces où l'on puisse permettre à des conflits de s'assainir et faire la différence dans le débat publique. mon sentiment est oui seulement il y a des débats qui sont propres à notre eco-sytème auxquels nous n'avons pas répondus et qui seront autant de planches pourries au travers desquelles nous passerons dès lors que nous voudrons nous aventurer vers des étages supérieures de débats comme celui que tu suggèresje pense à la neutralité du net par exemple donc il resterait à identifier quelques uns de ces débats clefs et d'y apporter une réponse nette (sans être définitive bien sûr) et qui éclaire sur la capacité de notre écosystème à devenir un acteur majeure du monde qui l'entourel'infowar est sans aucun doute un autre thème clefvotre débat m'a éclairé mais vous me semblez tout de même également pris par la passion, faites attention Commentaire de : trouve ce webcast : Excellent !Excellent plateau, dans son objet et son contenu, particulièrement la première 1/2h où ressort bien l'enjeu pédagogique.C'est vrai que la passion est un risque, en effet. Qui peut passer par la tentation de la prise de parti "à rebours" (=> voie des théories du complot) Mais aussi encore par une sorte de voie centrale, mais statique, que je pourrais qualifier de "pédagogisme" (où qui "sait" et "voit clair" risque de ne plus écouter que lui-même => immobilisme) J'ai par ex. des réserves sur le commentaire - pourtant en majuscules - de Fabrice plus haut... Quand a été tourné le plateau ? Car la façon dont se déroulent les manifs, les contre-manifs, milices, provocation, pompiers pyromanes et instrumentalisation, n'ont pas attendu Internet. La nullité des médias non plus, d'ailleurs, mais avec Twitter Madame Michu a - peut-être - plus d'outils pour s'en rendre compte ? (ou pas)En l'occurrence ici des phénomènes ont été visibles - sans disposer de système organisé, humain ou algo - avant publication du plateau et du lien cité (le mur Facebook de Fabrice d'ailleurs, entre autres, en témoigne) , parfois avant même les événements. Mais je suis en phase sur le fond, à quoi j'ajouterais que l'espace de dialogue a ceci d'utile, non pas juste qu'il permette le dialogue (ça, c'est le point bisounours, ici atteint à 38:30), mais aussi qu'il maintient ouverte la porte de l'émergence du dialogue sur le dialogue(posons, regardons et prenons acte de nos frontières, de nos bornes, de nos inconciliables, mais aussi et surtout de l'inanité de notre dialogue et de nos tentatives de dialogue). Or au fond n'est-ce pas le chemin optimal pour s'extraire d'un système conflictuel : par le haut ? Commentaire de Fabrice Epelboin : Ca a été tourné mercredi après midi, j'ai lu les premier billets d'AlKanz en rentrant du tournage je crois bien, et ils pèsent énormément sur le débat qu'on pourrait avoir désormais...Je te concède volontiers le point bisounours de l'appel au dialogue. Je compte mourir en continuant à croire à ça, même si c'est complètement hors propos. Ca a un coté réconfortant le pret-a-penser. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Très juste !J'ai trouvé que notre petite discorde sémantique avec Fabrice illustrait néanmoins à merveille les écueils de l'engagement : et nous a forcément pris au piège de la passion.Il n'existe pas qu'une vision, ni qu'un mot ni qu'une croyance. Et l'embrasement nait de nos petites vanités vénielles combinées avec l'ambivalence des mots. N'est-ce pas le propre de tout conflit que d'avoir pour toile de fond métaphysique le drame de l'incommunicabilité entre des Raisons qui ont chacunes leurs raisons ?C'est tout l'intérêt de se savoir filmés : il nous a fallu assumer notre désaccord et le mettre en perspective.Cette mise en abime est très précisément le paroxysme de la pédagogie par la démonstration ;-) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Merci Corinne pour ton encouragement, ce petit talk totalement improvisé à suscité un réel étonnement, au sens premier du terme.Il était d'ailleurs inspiré par une sensation d'urgence faite d'étonnement (face au caractère absurde des haines invoquées) mais le plus chouette c'est qu'en ce qui me concerne c'est le premier, au sens fondateur, d'une série d'améliorations qui vont prendre corps dans nos plateaux à venir je pense : désormais plus authentiques (conservons cette nécessaire spontanéité), et surtout, plus libérés, plus fluides, parce que mieux orientés vers un enjeu qui peut sonner suranné et renouvelle pourtant mon énergie malgré les faibles revenus de la formule : tenter de faire modestement mais sincèrement le Bien. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Oui Fabrice, et je serais ravi de continuer à pousser avec toi ces nécessaires débats mon ami. Commentaire de Mohamed Khodja : Effectivement, c'est un excellent plateau avec des interventions très intéressantes d'un point de vue pédagogique. A ce titre, j'insisterai sur une remarque très juste de Fabrice, selon laquelle il est nécessaire de rester en contact sur les réseaux sociaux avec ceux qui pensent différemment de nous. C'est la seule façon à mon sens de forger ses idées et d'avancer vers les autres. Concernant le conflit en question sur le web, il y a effectivement une infowar. Et celle-ci débute dès que l'un d'entre nous aborde le sujet. Nous y participons tous indirectement. Car même si nos propos restent neutres, il n'en demeure pas moins, que nous contribuons à la notoriété du sujet et donc à lui donner de l'importance. Mais cette infowar est quasi vraie pour tout...Les fondamentaux du marketing d'aujourd'hui (content marketing) sont en-effet basés essentiellement sur la capacité des marques à légitimer les messages et faire en sorte qu'ils soient relayés sur les réseaux sociaux (entre autres); La seule différence reposant tout de même sur la véracité du contenu diffusé.On ne peut reprocher aux internautes de s'exprimer (de façon plus ou moins passionnelle, il faut l'admettre...) surtout quand des médias alternatifs leurs apprennent que ce qu'ils ont vu devant leur poste de TV étaient faux ou largement orientés. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Cher Mohamed c'est vraiment drôle pour moi que tu dises ça (à propos des profils qu'on follow), car vois-tu, ce plateau a un impact pédagogique avant tout sur moi qui l'ai animé. En sortant du talk j'ai commencé à suivre des profils totalement aux antipodes de qui je suis ! Et c'est très instructif et excitant !Et le weekend dernier je n'ai pu m'empêcher de twitter sur la manif étant moi-même dans le 9ème, pas très loin de Barbès, et en contact direct avec des policiers qui assuraient le cordon sanitaire si je puis dire ;-) : ce que tu décris est très exactement ce qui m'est arrivé : j'ai participé malgré moi à une infowar, en passant par plusieurs étapes, doute, agacement, humour, ironie, prise à partie par un progaza agressif, puis ma propre réponse elle aussi agressive etc. Il y a quelque chose d'incoercible dans tout ça à partir du moment où l'on s'immerge :-)(la réalité de mon point de vue ayant été biaisée par les interactions à chaud)et pour conclure sur les erreurs des médias, voici un des articles qui en liste quelques-unes : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/manifs-pro-gaza-en-france-les-erreurs-des-medias_1560762.htmlet là il y aurait encore beaucoup à dire ! Commentaire de baptiste aubert : Cette vidéo est passionnante ! Je la partagerai ! Commentaire de Franck Horwath : trouve ce webcast : Excellent !parce que la websphère constitue l' extention naturelle d' une société de conflits à intérets dynamiques et mdulables.