Email     Password  
Connection | Subscription
Comme dans toutes les pratiques d’externalisation, la réussite d’une mise en oeuvre Cloud passe par la la surveillance de la qualité du service rendu à l’utilisateur. Mais pour le moment, les prestataires de services rechignent à ouvrir leurs infrastuctures, et ne communiquent qu’au compte-gouttes en cas d’incident. La grosse panne intervenue en Avril 2011 dans l’un des Datacenters américains d’Amazon en a fourni la preuve. Comment assurer contractuellement et techniquement un monitoring efficace et suivi du service rendu ?  
Webcast
notes
Speakers (4)
AUDIENCE
 
Subject proposed by Fabrice Frossard
Format : Talkshow
Treatment : Debate
 
Speakers :
Rodolphe Falzerana, Entrepreneur Médaille d'argent dorée au St...
Entrepreneur, Trad. L'Effet Whuffie, Community Mgt, Dével...
Philippe Hebert, ORSYP, spécialiste du Management des Opérat...
Directeur de Business Unit, Orsyp Consulting
Sibylle Lhopiteau, Webcastory
journaliste-community manager
Jean-Pierre Lippini, BI Square
Co-fondateur de BI Square, éditeur de logiciel de BI pour...
Comme dans toutes les pratiques d’externalisation, la réussite d’une mise en oeuvre Cloud passe par la la surveillance de la qualité du service rendu à l’utilisateur. Mais pour le moment, les prestataires de services rechignent à ouvrir leurs infrastuctures, et ne communiquent qu’au compte-gouttes en cas d’incident. La grosse panne intervenue en Avril 2011 dans l’un des Datacenters américains d’Amazon en a fourni la preuve.

Comment assurer contractuellement et techniquement un monitoring efficace et suivi du service rendu ?  
Keywords:  cloud, monitoring
Related expertises: 
Topic brought to you by:
Loading...
For further details, see "Related subjects" tab
Share the link:
Connected subjects:
  • All subjects with videos within this series:
    Here's my feedback:
    I transmit my opinion: I find this subject...




    Comment from Alex Garel: Je trouve extrêmement partielle la vision du Cloud qui est proposée par Yazid Chir. Le Cloud pour moi c'est avant tout une technologie proposée au début par Amazon et qui finalement, à l'époque ou l'on pensait que la technologie révolutionnaire serait le grid, propose un mode un peu hybride d'allocation de ressource à la demande sans intervention humaine, et de facturation à la consommation réelle. C'est en fait un service qui permet de démarrer sereinement un service de masse et de le faire passer à l'échelle progressivement. Le réseau et la distribution sont donc au cœur du Cloud. Savoir réaliser des applications qui justement passe à l'échelle horizontalement (par distribution sur plusieurs serveurs), rien à voir avec le mainframe.Par la loupe déformante le marketing vers le client non technique, le Cloud s'est mêlé au SAS en effet qui permet d'externaliser la maintenance informatique en la centralisant. Le SAS est lui même une révolution avec ses avantages et inconvénients. Le Cloud permet aux applications SAS de grande envergure d'exister (de passer à l'échelle), et offre un modèle qui permet les nouveaux entrants (la facturation grimpe avec le succès).Pour moi cloud washing et cloud canada dry sont surtout un effet de ce marketing débile qui tente de surfer sur des mots parce qu'ils sont techniquement "chauds", un effet de mode, ni plus ni moins. Mieux vaut savoir comme Frédéric savoir ce qu'on a et pourquoi on l'utilise.L'illustration typique c'est les pubs de Microsoft qui prétendent que grâce au Cloud je n'ai plus de problème pour stocker des mails avec des pièces jointes énormes (ah bon, et qui paye la facture ? Est ce que c'est le bon système d'envoyer les pièces jointes énormes par mail ?).