Email     Password  
Connection | Subscription
(NB : c'est aussi un billet Linkedin ICI ) De la différence entre questionner et interroger…  Mes indices (en attendant les vôtres ;-)) :  - Lorsque vous "interrogez" c’est que vous êtes seul à bénéficier des réponses.   - Lorsque vous "questionnez", c’est que non seulement la réponse - mais peut être plus encore la question - bénéficient à toutes les parties prenantes de la dialectique. La personne qui y répond à la question apprendra autant sinon bien plus encore que la personne qui la pose. D’ailleurs une "excellente question" (ou "FGQ" telle qu'indiquée dans l'image), c’est une question que le principal intéressé, à qui on la pose, n’avait pas encore songé à se poser - et dont il réalise, en se la posant, qu’y penser sérieusement lui sera utile. Enfin, ce qui fait toute la pertinence, voire la puissance de l’esprit critique dans version socratique, c’est que dans la maïeutique qu'il a inventée, ses interlocuteurs sont... Interloqués ! Et même "interlectrocutés" si vous me permettez le néologisme. Non pas du fait qu’ils soient confrontés à une démonstration magistrale entraînant une réponse univoque, limpide et incontestable : mais parce qu’ils sont confrontés à des questions qui les obligent à se départir de tout excès de zèle dans l’injonction pragmatique (exemple : savoir quoi faire, où aller, que penser…) le temps de se confronter à ce qu’il convient d’appeler une « aporie ». L'aporie socratique, c'est le véritable électrochoc philosophique. Lorsque la question est si bonne, qu’aucune réponse immédiate ne soit entièrement satisfaisante - c’est que la question propose un système de pensée ouvert, nuancé, et tolère même la contradiction. À dire vrai, il se peut même que de la friction naisse une émulsion bien supérieure à l'addition des points de vue envisagés. Le débat est une opportunité de susciter des FGQ. Les FGQ sont une opportunité pour grandir, apprendre, et peut-être même innover.
Here's my feedback:
Below, I explain my motivation to the organizers:


What I think about this topic...




Misc infos
Location : En ligne (Telegram Messenger + ClubHouse + Zoom)
Format : Article
Treatment : Problem solving
Notes
AUDIENCE
 

(NB : c'est aussi un billet Linkedin ICI)


De la différence entre questionner et interroger… 

Mes indices (en attendant les vôtres ;-)) :

 - Lorsque vous "interrogez" c’est que vous êtes seul à bénéficier des réponses. 

 - Lorsque vous "questionnez", c’est que non seulement la réponse - mais peut être plus encore la question - bénéficient à toutes les parties prenantes de la dialectique. La personne qui y répond à la question apprendra autant sinon bien plus encore que la personne qui la pose.

D’ailleurs une "excellente question" (ou "FGQ" telle qu'indiquée dans l'image), c’est une question que le principal intéressé, à qui on la pose, n’avait pas encore songé à se poser - et dont il réalise, en se la posant, qu’y penser sérieusement lui sera utile.

Enfin, ce qui fait toute la pertinence, voire la puissance de l’esprit critique dans version socratique, c’est que dans la maïeutique qu'il a inventée, ses interlocuteurs sont... Interloqués ! Et même "interlectrocutés" si vous me permettez le néologisme.

Non pas du fait qu’ils soient confrontés à une démonstration magistrale entraînant une réponse univoque, limpide et incontestable : mais parce qu’ils sont confrontés à des questions qui les obligent à se départir de tout excès de zèle dans l’injonction pragmatique (exemple : savoir quoi faire, où aller, que penser…) le temps de se confronter à ce qu’il convient d’appeler une « aporie ».

L'aporie socratique, c'est le véritable électrochoc philosophique.

Lorsque la question est si bonne, qu’aucune réponse immédiate ne soit entièrement satisfaisante - c’est que la question propose un système de pensée ouvert, nuancé, et tolère même la contradiction.

À dire vrai, il se peut même que de la friction naisse une émulsion bien supérieure à l'addition des points de vue envisagés.

Le débat est une opportunité de susciter des FGQ.

Les FGQ sont une opportunité pour grandir, apprendre, et peut-être même innover.

Rappels quant à la démarche générale du collectif que je démarre sur le thème de #CriticalThinking :

#CriticalThinking : c’est un "tag", ou mot-clé suffisamment universel et porteur, tous réseaux sociaux confondus, pour que nous l'ayons choisi pour nommer notre collectif émergent. Notre objectif étant de promouvoir l'esprit de méthode et de déconstruction des arguments dits "d'autorité" - dans tous les domaines. Nous décortiquons au besoin toutes possibles manipulations rhétoriques ou insuffisances théoriques.
Mais au fond, nous sommes surtout curieux, ouverts sur le monde, désireux d'apprendre et de se voir conseiller lectures ou points de vue enrichissants. 
L'une de nos motivations essentielles : nous amuser entre bons camarades.
L'esprit dans lequel se constitue en ce moment ce rassemblement amical est présenté sur
http://Critical-Thinking.fr.
Notre démarche débute : indulgence requise !
Mais co-construction sincère : vous pouvez notamment nous rejoindre dans nos salons audio ici (installer l'application ClubHouse et rechercher CriticalThinking) et (sur l'application Telegram Messenger). Nous demandons justement à chacun d'expliciter ses attentes : il s'agit de développer une intelligence collective susceptible de propager la lumière là où il reste des zones d'ombres (à savoir : un peu partout).

 



Topic brought to you by:
Loading...
Share the link:
Comment from Frédéric BASCUNANA: Pour l’instant, vivez les questions. Peut-être, un jour lointain, entrerez-vous ainsi, peu à peu, sans l’avoir remarqué, à l’intérieur de la réponse. Rainer Maria RILKE